Contemplation stefanbodar.com
            
Contemplation
S’arrêter un instant, se laisser absorber et considérer l’objet à contempler. C’est ce que à quoi nous invite Stefan Bodar à travers son travail et l’exposition de ces photographies.
Les clichés pris dans leur majorité en mode frontal confrontent, dans une mise en abyme, le spectateur à la contemplation de son semblable qui contemple à son tour le monde. Il s’agit moins de confronter mais finalement d’inviter le spectateur, à participer, à se laisser aller à la rêverie et à suspendre au moins pour un instant la frénésie qui peut parfois l’habiter. Dans ce travail de recherche, Stefan Bodar met scène une dialectique entre présence et absence, l’homme et la nature, la pensée et le vide et s’interroge sur le sens profond de ce qui nous entoure, nous lie et de ce qui nous donne corps.
S’éloigner de ces images miroirs, superficielles qui rendent compte du vide à remplir et du voyeurisme avide qui annihile la pensée. S’éloigner des images jetables qui se consomment sans faim et qui nous manipulent quotidiennement sans que nous puissions les représenter. Retour, à la nature, au voyage, à l’immensité du monde et à une humanité qui nourrit et élève l’âme plutôt qu’à l’asservir. Le cadrage rend compte d’une prise de vue à hauteur d’homme, la dialectique se pose également de l’homme à l’homme, de soi à soi et donc pose la question de l’introspection. La distance entre le photographe et son sujet laisse place à cette réflexion qui est visée par l’artiste, il n’est point question de jugement mais d’un espace libre pour cette pensée qui vient redonner vie et apaisement.
Le travail de Stephan Bodar s’est construit et a évolué à partir du souvenir de la photographie argentique. Ce processus de développement où le temps apporte une valeur au résultat final, véhicule le souvenir d’une réalité qui traverse le temps. Le temps se suspend et chaque photo peut s’imprégner d’une poésie, devenir un moment de grâce. C’est ce qui guide, aujourd’hui, l’artiste dans son processus de création artistique. Il revendique qu’une photographie peut se penser, se construire dans le temps, être habité d’émotion, se garder, se regarder.
Top